Clodogame : faut-il s’indigner ?

standard.jpg

La crise est parfois le bon moment pour se faire un peu de pub. Il y a quelques mois, le jeu Trillion dollar bailout, qui proposait aux internautes de sauver l’économie américaine, avait bénéficié d’un énorme buzz. Aujourd’hui, c’est Clodogame qui surfe sur la vague. 

Lancé en France à la fin du mois de juillet, ce jeu gratuit propose aux internautes de rentrer dans la peau d’un SDF qui tente de survivre dans les rues de Paris. Pour sortir de la misère, tous les moyens sont bons : collecter des tickets de métro, revendre ses diverses trouvailles, attaquer d’autres sans-logis, apprendre à jouer d’un instrument de musique, s’acheter des animaux de compagnie pour amadouer les passants… Sans surprise, le secrétaire d’Etat au Logement Benoist Apparu a fait part de son indignation, face à un jeu qui exploite la souffrance humaine à des fins publicitaires.

Mais la société Farbflut Entertainment qui exploite le jeu ne s’en émeut guère. Depuis l’intervention du secrétaire d’Etat, la population du jeu croit de manière exponentielle, générant même des problèmes de serveurs. Plus de  65 000 "clodos virtuels" ont été créés si on en croit les données du site officiel. Selon ses créateurs, Clodogame fait également un carton en Allemagne et en Pologne. Au point que la société Farbflut Entertainment revendique aujourd’hui plus de 3 milliards de pages vues par mois. Un tel succès finira bien par attirer de la publicité.

Selon Steffen Peuckert, le porte parole du jeu, Clodogame fait déjà des bénéfices. Une partie "significative" est d’ailleurs reversée à une association hambourgeoise s’occupant d’aider les SDF, assure-t-il. Pas sûr que cela suffise à éteindre la polémique. 

1 trackback

Voici la liste de liens se référant à cette note : Clodogame : faut-il s’indigner ?.

URL de trackback de cette note : http://blogs.lexpansion.com/antimatiere/2009/09/08/clodogame/trackback/

2 commentaires

  • Pingback:Clodogame : faut-il s'indigner ?

  • Moi je dis que plutôt que de s’offusquer de voir un jeu vidéo sur les SDF, le secrétaire d’état ferait mieux de s’offusquer de voir des SDF… S’il n’y avait plus de SDF dans les rues, ça donnerait moins d’idées à la con aux créateurs de jeux.
    Ceci dit, peut-on déja aller plus loin ? Je me rappelle d’un jeu de simulation de chien, mélangeons les et faisons un jeu de simulation de chien de SDF !

    vous avez entièrement raison. cela ne sert à rien de s’empailler à propos de « clodos virtuels ». il y a suffisamment de vrais SDF dans les rues

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

    A propos du blog

    Chaque homme cache en lui un enfant qui veut jouer. (F. Nietzsche)

    A propos de l’auteur

    Derniers commentaires

    Archives

    S'abonner au flux de ce blog

    [De quoi s'agit-il?]