Ken’s rage : mais pourquoi est-il si méchant ?

Il y a plusieurs sortes de geeks : les geeks Donjons & Dragons (les pire selon Cécile, une collègue de bureau), les geeks musicaux (qui vous citent l’année de sortie de tel ou tel vieux morceau avec en prime le deuxième prénom du bassiste), les geeks jeu vidéo…

Antimatière, avouons-le, c’est un peu tout cela. Me voici donc un vendredi soir en train d’enchaîner les niveaux du jeu vidéo Ken’s rage avec un dé à quatre faces dans la poche tout en écoutant un vieux tube de Creedence Clearwater.

J’appuie frénétiquement sur les boutons de ma manette. Comme dans le manga de Tetsuo Hara, Ken déchiquette ses adversaires. Un coup de pied par ici. Une grosse mandale par là. Au bout d’une grosse heure de jeu, j’ai déjà laissé derrière moi plusieurs centaines de cadavres. Ma femme intervient : mais pourquoi ce jeu est-il aussi violent ?

La question est pertinente. Et la réponse est compliquée. Jean-Marie Bouissou, spécialiste du Japon et directeur de recherche à Sciences Po, explique tout cela très bien dans son dernier livre « Manga ». Au Japon, la notion de bien et de mal n’est pas la même qu’en Occident. Nous, nous avons les Dix Commandements (Ex : tu ne tueras point). Au Japon, le Bien et le Mal sont relatifs car aucun Dieu n’a jamais rien dicté.

Pour les japonais, suivre sa voie, c’est obéir à une autre forme de morale qui prescrit à chacun de savoir qui il est, de choisir son destin en conséquence, et d’aller jusqu’au bout de ce que cela implique. Même tuer ne saurait être interdit a priori pour qui suit sa voie avec sincérité. On comprend dès lors qu’un héros de Manga puisse choquer.

Mais pour bien comprendre Ken, il faut aussi se pencher sur l’histoire du Japon. Et celle-ci a été profondément marquée par l’holocauste nucléaire. Ken le survivant s’inscrit dans la lignée de Violence Jack, oeuvre  de Gô Nagai (le père de Goldorak) publiée dans les années 70. Dans ce manga Nagai ridiculise le discours convenu sur l’holocauste-baptême d’une nation meilleure. Il crée un univers de ruines et de sauvagerie, dont les forteresses de bric et de broc préfigurent Mad Max. Cavaliers samurais et voyous motards asservissent les faibles et se disputent férocement le pouvoir dans une orgie de tuerie et de viols.

Un temps donc, le manga a permis au Japon de digérer ses traumatismes. Aujourd’hui, ce sens s’est perdu mais Ken et d’autres mangas similaires continuent de séduire, y compris en Occident. Car comme l’explique Jean-Marie Bouissou, « le sens du monde nous échappe et on se dit qu’il il y a des chances que cela finisse mal ». Le développement du genre post-apocalyptique reflèterait donc un malaise sociétal ? Une chose est sûre. Le manga est loin d’être un sous produit destiné uniquement aux adolescents.

1 trackback

Voici la liste de liens se référant à cette note : Ken’s rage : mais pourquoi est-il si méchant ?.

URL de trackback de cette note : http://blogs.lexpansion.com/antimatiere/2010/11/13/kens-rage-mais-pourquoi-est-il-si-mechant/trackback/

8 commentaires

Très bien votre topo sur l’histoire du Japon, la violence, Dieu, tout ça, mais la seule vraie question est quand même est-ce qu’il y a l’attaque du Phoenix Arizona ?
L’autre question étant comment un triple geek comme vous a pu se trouver une femme…

    Ben non, il n’y a pas l’option « doublages idiots ». Adieu donc, Phoenix Arizona et Hokuto de cuisine. Quant à ma femme, c’est elle qui m’a trouvé. Pas l’inverse. Et oui, elle mérite sans doute une statue :)

+1 Totoro.
Pour le phenix et la faible probabilité qu’Antimatière ait une femme. Cet article sent le troll à plein nez…

Quant à cette violence, attendez qu’EA mette Carlos Mozer dans FIFA 12 et on en reparle…

    Je ne rentrerai pas dans votre jeu. Pas d’article sur Carlos Mozer sur ce blog. Et votre femme à vous, elle en pense quoi de votre fascination pour les défenseurs rugueux ?

Intéressant.

Et je ne connaissais pas Violence Jack, qui a l’air plutôt sympathique à en croire votre description. Il faudrait que j’essaie de mettre la main dessus, à l’occasion.

    Absolument, c’est toujours bien de remonter aux origines. Cela dit, je vous conseille aussi « Manga, histoire et univers de la bande dessinée japonaise », le livre de Jean-Marie Bouissou qui vient de sortir. On y apprend plein de choses. C’est passionnant.

Bonjour,

Vous êtes cordialement invité à visiter mon blog.

Description : Mon Blog(fermaton.over-blog.com), présente le développement mathématique de la conscience humaine.

La Page No-21, LA PHYSIQUE DÉVOILÉE ! ANTIMATIÈRE ?

LE THÉOREME DU VOILE.

UNE HISTOIRE DE LAPINS ? de CHAT D’ALICE !

Cordialement

Clovis Simard

ken le survivant est un manga devenu dessin animé mythique pour de nombreuses raison . Les doublages En Français , voir : http://ken-le-survivant.net/2014/06/best-of-des-doublages-francais-de-ken-le-survivant/
Mais aussi le mélange entre street fighter et Bruce Lee du personnage. Et l’histoire avec ses multiples rebondissements et qui fonctionne comme un jeu video d’arcade.
La musique aussi qui reste dans les mémoires.
Et enfin les graphismes devenus remarquables dans les AV des années 2000

  • Pingback:skidrow

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

    A propos du blog

    Chaque homme cache en lui un enfant qui veut jouer. (F. Nietzsche)

    A propos de l’auteur

    Derniers commentaires

    Archives

    S'abonner au flux de ce blog

    [De quoi s'agit-il?]