Dead Island : les dessous d’une opération marketing réussie

C’est l’histoire d’un jeu de Zombies qui a failli tomber aux oubliettes. En développement depuis plusieurs années, Dead Island aurait pu ne jamais sortir, ne trouvant pas d’éditeur. Mais quand Deep Silver reprend le projet il y a 2 ans, l’équipe décide de réaliser un teaser en externe, « un truc pensé différemment », pour remettre le jeu dans la tête des futurs acheteurs.

Le dossier est confié à Axis Production, une société anglaise, qui planche six mois sur le sujet. La suite, on la connaît. Le teaser réalise un carton sur Internet et reçoît même un Lion d’or au festival de la créativité à cannes. Une récompense amplement méritée : ce court métrage réussit l’exploit d’apporter une vraie émotion dans une histoire de Zombies (si, si, c’est possible). Le montage et la musique y sont pour beaucoup. Mais surtout, il y a cette fillette que son père essaie désespérément de sauver d’une horde de mort-vivants.  Ils se réfugient tous les deux dans une chambre, mais il est trop tard : la fillette est contaminée. Dès lors, on s’en doute, plus personne ne sortira vivant de la pièce.

Cette scène a ému de nombreuses personnes. « Il nous a fallu dire  à maintes reprises qu’on ne tuait pas d’enfants dans le jeu », avoue Emmanuel Melero, marketing manager chez Koch Media. La vidéo primée est un teaser, et non pas un trailer, explique-t-il (ndlr : elle est pourtant estampillée trailer un peu partout sur Internet et notamment sur You Tube). En d’autres termes : les personnages de la vidéo ne se retrouvent pas dans le jeu. Il y a bien un clin d’oeil (au cours de la partie, on peut entrer dans la fameuse chambre et trouver le cadavre des deux parents de la jeune fille) mais c’est tout. L’instinct de survie familial qui prend aux tripes et qui atteint sont paroxysme dans la vidéo ne se retrouve donc pas dans le jeu, même si celui-ci apporte des sensations intéressantes (situation désespérée, peu de vraies armes à dispostion…).

Enfin, la vidéo n »est pas non plus réalisée à partir d’images « in-game ». Il s’agit d’images de synthèse (le plus gros investissement réalisé par Deep Silver, selon Emmanuel Melero). Au final, le jeu vidéo apparait assez différent de son « teaser ». Mais c’est cela la magie du marketing : le « teaser » est tellement efficace – et il ressemble tellement à un trailer – que ses nombreux fans ont envie d’acheter le jeu. C’est ce qui s’appelle une opération réussie.

14 trackbacks

Voici la liste de liens se référant à cette note : Dead Island : les dessous d’une opération marketing réussie.

URL de trackback de cette note : http://blogs.lexpansion.com/antimatiere/2011/09/09/dead-island-les-dessous-dune-operation-marketing-reussie/trackback/

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

A propos du blog

Chaque homme cache en lui un enfant qui veut jouer. (F. Nietzsche)

A propos de l’auteur

Derniers commentaires

Archives

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]