Résultats tagués Activision

Carton plein pour Call of Duty : Modern Warfare 2. Le jeu a engrangé en un jour 310 millions de dollars de recettes en Amérique du Nord et au Royaume-Uni. "C’est le premier véritable blockbuster intéractif de l’histoire", conclut Bobby Kotick, le CEO d’Activision, dans l’édition d’hier du Financial Times.

La recette du succès ? Du gore et une réalisation sans faille, explique l’article. L’illustration parfaite de cela, c’est la fameuse scène de l’aéroport dans laquelle le joueur peut prendre part – s’il le désire – à un véritable massacre de civils. Cette scène – dont la présence est justifiée selon l’éditeur par le scénario du jeu – va mettre beaucoup de joueurs mal à l’aise, même si Modern Warfare 2 est destiné explicitement à un public adulte. Mais son vrai but est de "créer volontairement la controverse et de doper un peu plus les ventes", explique sans détour Lorne Lanning, développeur de la série Oddworld dans le même article. On le croit volontiers. Dès qu’un jeu – même destiné aux plus de 18 ans – contient beaucoup de violence, il reçoit un coup de projecteur supplémentaire dans les medias.   

La guerre, une valeur sûre

 
guerre2.jpg

Oui bien sûr, le jeu video a changé. Ses défenseurs nous le martèlent : les jeux s’adressent désormais aux jeunes filles, aux seniors, et non plus exclusivement à des adolescents boutonneux. Les budgets ont changé eux aussi. Jadis développés avec les moyens du bord par une poignée de geeks dans un garage, les jeux les plus recents sont mis au point aujourd’hui par une armada de programmeurs et de graphistes. Une chose pourtant, ne change pas : en matière de jeux vidéo, c’est la guerre qui fait vendre.

La preuve : Call of Duty : Modern Warfare 2, qui sortira le 10 novembre, pourrait bien réaliser les meilleures ventes de tous les temps, annonce d’ores et déjà Gamestop, une chaîne de distribution américaine. Certains experts anticipent 500000 ventes lors de la première semaine et 10 millions de ventes sur l’ensemble du quatrième trimestre ! En effet, les préventes battent tous les records. Les prix sont pourtant relativement élevés : 60 dollars pour l’édition standard, 80 dollars pour la version luxe et 150 dollars pour la version prestige qui inclut dans la boîte de véritables lunettes infrarouge ! 

Les apprentis sociologues en déduiront que décidément, les gamers sont des gens bizarres et peu recommendables (restons polis). Pourquoi, en effet, dépenser autant d’argent pour jouer à la "guéguerre" via Internet ? La réponse est pourtant simple. Elle tient même en deux mots : réalisme et réseau. Les progrès accomplis par les développeurs en matière de graphisme et de mise en scène sont tels que les joueurs naviguent désormais en groupe dans de véritables films. Dans Operation Flashpoint : Dragon Rising, par exemple, on retrouve même les véhicules, les tenues et les armes de vrais soldats (les développeurs comparent leur jeu à un documentaire d’Arte !) Certains soldats ont d’ailleurs joué les consultants pour accentuer le réalisme du jeu. Le résultat est si bluffant qu’Operation Flashpoint est encore utilisé aujourd’hui par l’armée française pour former ses recrues ! 

Pour les éditeurs comme Activision, qui ont dans leur catalogue une série comme Call of Duty, c’est le jackpot assuré. Alors il faut exploiter le filon jusqu’au bout. Comme pour les jeux de foot, et comme pour les jeux musicaux, les réactualisations s’enchaînent. Sans parler des contenus téléchargeables. En 2010, les jeux de guerre déferleront donc encore dans les rayons. Le réalisme pourrait même encore être poussé d’un cran. Le studio Atomic Game n’a toujours pas abandonné son projet "Six Days in Fallujah", qui devrait permettre au joueur de vivre de l’intérieur l’un des épisodes les plus sanglants de la guerre en Irak. Ames sensibles, s’abstenir… 

C’est la star des platines David Guetta qui a été choisie pour assurer la campagne de promotion de DJ Hero, le dernier jeu musical d’Activision. L’artiste était présent hier soir au Virgin des Champs Elysées pour remettre à quelques chanceux des éditions collectors du jeu. Si vous l’avez raté, pas de panique, vous aurez quand même droit à une scéance de rattrapage. En effet, David Guetta sera présent ce weekend au Micromania Game Show. Il remettra une récompense au vainqueur du concours qui se tiendra sur le stand d’Activision. Dans une ambiance de feu bien sûr !

guitarhero5.jpg

Dan Rosensweig –  CEO de la franchise Guitar Hero – est de passage à Londres. Il a bien voulu répondre à mes questions. Voici un petit compte-rendu de ses propos (tenus il y a à peine quelques minutes !). 

1) Les jeux video musicaux se vendent toujours bien … en Europe. Ce marché devrait progresser de 25% cette année (ndlr : aux US en revanche, la tendance n’est pas la même). Certes, Guitar Hero 5 n’a pas les résultats de Guitar Hero 3, l’épisode qui avait fait véritablement décoller la franchise, mais il est tout de même numéro 1 au Royaume-Uni.

2) Le marché des jeux musicaux n’est pas encore saturé (même si Activision en sortira une bonne poignée cette année et que la concurrence ne reste pas les bras croisés). Seulement 20% des joueurs possèdent un jeu musical. Il y a donc encore de la marge, même si tout le monde n’aime pas Guitar Hero. 

Enfin, il y a le chiffre qui tue : Guitar Hero, c’est tout de même 7 chansons jouées en réseau à chaque seconde ! Pas mal non ? Comme dit Dan, Guitar Hero est "artist friendly". Des propos qui viennent bien sûr faire écho à la polémique Kurt Cobain, chanteur intégré (non sans quelques protestations) dans Guitar Hero 5. 

bobbyguitar.jpg

Les gourous du jeu vidéo font rarement la couverture des magazines. Mais ce mois-ci, Bobby Kotick est en couverture de Forbes, le très sérieux magazine américain, connu notamment pour son classement des plus grandes fortunes de la planète.

Bobby Kotick, c’est homme qui a bâti Activision, l’éditeur de jeux vidéo le plus prospère de la planète. C’est simple : Bobby Kotick est derrière les plus gros blockbusters de ces dernières années : Call of Duty (33 millions d’exemplaires vendus et 1,8 milliard de dollars de recettes), Tony Hawk (40 millions d’exemplaires vendus et 1,6 milliard de dollars de recettes), Guitar Hero (25 millions d’exemplaires vendus et 2 milliards de dollars de recettes) et bien sûr, World of Warcraft  (11 millions d’abonnés qui gènèrent 1 milliard de dollars de recettes par an), grâce à la fusion avec Blizzard, annoncée en 2007 et devenue effective en 2008.

Vous l’aurez compris, Bobby Kotick a du flair. Mais le plus marrant dans tout ça, c’est qu’il n’a jamais vraiment apprécié les jeux vidéo !!!

A propos du blog

Chaque homme cache en lui un enfant qui veut jouer. (F. Nietzsche)

A propos de l’auteur

Derniers commentaires

Archives

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]