Résultats tagués Microsoft

La colline la plus célèbre du monde

C’est une colline banale située entre San Francisco et Napa Valley. Mais tout le monde (ou presque) la connait. En effet, c’est elle qui a été choisie par Microsoft pour servir de fond d’écran à son système d’exploitation Windows.

La photo originale a été prise en 1996 par Charles O’ Rear. Le photographe, en déplacement dans la région, s’était arrêté quelques instants au bord de la route, séduit par les couleurs du paysage. Ce qu’il ne savait pas, c’est que son cliché – à la fois joli et passe partout – correspondait exactement au cahier des charges de Microsoft.

On ne connaît pas les dessous financiers de l’affaire, mais selon le journal britannique daily mail, le montant payé par Microsoft pour l’utilisation de la licence photo serait le second montant le plus élevé de l’histoire. Charles O’Rear a bien eu raison de s’arrêter ce jour là pour immortaliser le paysage.

La phrase du jour, nous la devons au journaliste et réalisateur Yannick Dahan, qui était invité hier par Microsoft à la soirée de sortie du jeu vidéo Gears of War 3. « Aujourd’hui, pour faire un film d’action qui donne autant d’émotion qu’un Gears of War… bon courage. Il vous faut au moins un budget de 300 millions de dollars ».
Heu. 300 millions ? C’est un budget digne d’Avatar ou de Pirates des Caraïbes, ça. Yannick Dahan exagère sans doute un peu. Cependant, il est vrai que le jeu vidéo n’a pas son pareil pour plonger le joueur au coeur de l’action, grâce notamment à ses mouvements de caméra ultra rapides et ultra paramétrables.

Au passage, Yannick Dahan raconte une anecdote intéressante : il y a quelques temps de cela, il a tenté de reproduire « en vrai » certains effets de caméras utilisés dans Gears of War, et notamment, le passage de la caméra derrière l’épaule du joueur quand celui-ci se met à courir. Bilan : un échec. Pour arriver à quelque chose de convaincant, il aurait fallu un très gros budget.

Le jeu vidéo a donc – au moins sur un point – un avantage par rapport au cinéma. Avec Gears of War 3, Microsoft exploite cet avantage jusqu’au bout (voir la vidéo ci-dessus). Et cela paye : selon les dernières rumeurs, Gears of War 3 ferait mieux que Halo au niveau des ventes !

 

Les 19 milliards de dollars de revenus générés par Microsoft n’impressionnent guère les investisseurs. Ces derniers n’ont qu’une chose en tête : l’effritement des ventes de Windows, qui génèrent à elles seules 50% des profits du groupe. Pourtant, pour la première fois depuis longtemps, Microsoft innove dans la high-tech grand public, grâce à Kinect. Lancé en novembre dernier, ce kit de reconnaissance de mouvement destiné à la Xbox 360 s’est déjà vendu à plus de 8 millions d’exemplaires. Grâce à lui, la division « entertainment & accessoiries » du groupe, qui produit la console de jeu Xbox 360, affiche des bénéfices en hausse de 83% ! Cerise sur le gâteau, Kinect offre aussi à Microsoft d’énormes perspectives de bénéfices en dehors du jeu vidéo.

En effet, ce concentré de technologie – qui coûte 150 dollars – peut servir de substitut à des appareils de guidage laser qui coûtent 5000 dollars, explique Business Week. Cet écart de prix n’a pas échappé aux fans de technologie et « hackers » en tout genre. Une semaine après la sortie de Kinect aux Etats-Unis, les pilotes « open source » permettant de faire fonctionner Kinect sur autre chose qu’une Xbox 360 (exemple : un PC) étaient disponibles !

Depuis, les projets utlisant Kinect à d’autre fins que le jeu vidéo se multiplient. Il suffit de faire un tour sur le site OpenKinect.org pour s’en convaincre. Là une véritable communauté –plus de 500 contributeurs – s’amuse à détourner la technologie Microsoft pour faire voler un hélicoptère ou créer un piano virtuel.

« L’arrivée de Kinect a fait l’effet d’une bombe. Le nombre d’applications semble illimité », s’enthousiasme Patrick Bousquet Chavanne, ancien président du groupe Estée Lauder et actuel co-fondateur de Yoostar Entertainment Group. Avec Kinect, Microsoft dispose d’un avantage de taille dans le domaine de la robotique et des applications homme/machine, un secteur en plein développement. Mais la partie n’est pas gagnée pour le groupe américain. Il lui reste encore à canalyser toute l’énergie qui se déploie autour de Kinect afin d’en  tirer profit. Pour l’heure, Microsoft cache plutôt ses ambitions sur le sujet. Pendant ce temps, d’autres entreprises placent leurs pions sur l’échiquier : Prime Sense, la société israélienne qui produit la partie « hardware » de Kinect, serait déjà en train de développer son propre Kinect, affirme Business Week. Microsoft serait-il dépassé par son propre succès ?

L’info de la semaine, c’est bien sûr le carton de Kinect aux Etats-Unis. Un mois et demi après son lancement, le boitier de Microsoft frôle la rupture de stock outre Atlantique, et cela malgré un prix élevé (150 dollars). Pourquoi un tel succès ? C’est simple : avec Kinect – technologie qui rappelons-le permet de jouer sans manette sur Xbox 360 – un autre monde s’ouvre. Pour la première fois dans l’histoire du jeu vidéo, vous allez pouvoir :

1) apprendre à danser comme un dieu, grâce à Dance central. Ce simulateur réaliste de danse de rue est si efficace qu’il a même réussi à faire bouger votre serviteur sur Lady Gaga ! Avec Kinect, les geeks ont désormais leur chance sur les dancefloors… enfin, avec beaucoup d’entraînement. La preuve en vidéo :

 

 

2) devenir Harry Potter. Prenez un bout de bois (tordu de préférence). Agitez le devant votre téléviseur, prononcez la formule adéquate (stupéfix par exemple) et hop, c’est magique, les ennemis tombent comme des mouches. Dans ce jeu d’Electronic Arts, vous pourrez même jouer à deux en simultané. 

3) devenir un Prédator. C’est sûr, on n’attendait pas Kinect sur ce terrain là, mais bon, un Prédator, c’est plus viril qu’ un Harry Potter.

4) être le héros d’un film porno. Ben oui, il fallait s’y attendre : les premiers jeu de sexe sont déjà en développement (vous n’en verrez qu’une image fixe ici). Au final, c’est sûr, les joueurs – vrais gamers ou pas – auront de quoi faire  avec Kinect.

La sortie de Kinect approche à grands pas. Antimatière a pu tester une nouvelle fois cette technologie, qui vous permet de jouer sans manette sur votre Xbox 360.

Alors quoi de neuf par rapport à avril dernier ? Ben, pas mal de choses en fait. La dernière session de test était assez décevante. Un seul jeu était en démo et il y avait encore pas mal de problèmes techniques. Ce coup-ci, Kinect est bien au point. Antimatière a donc pu s’essayer à la course automobile sans volant, au ping pong sans raquette, au volley ball sans ballon, à la course à pied, au rafting, au bowling, à l’élevage de chiots et à la danse, le tout dans la joie et la bonne humeur.

Verdict ? C’est fun. On est à mille lieues des sensations procurées par un FPS ou un RPG, mais c’est normal : Kinect est calibré avant tout pour du casual gaming. Les jeux sont simples, rythmés, colorés … et physiques. Ben oui, on ne pourra plus reprocher aux jeunes joueurs de grossir devant leur écran. Deux ou trois courses à pied suffisent pour vous mettre dans le rouge (en effet, il faut vraiment lever les genoux pour avancer). On n’en est pas encore à conseiller un échauffement. Mais cela ne saurait tarder puisque plusieurs jeux de fitness sont prévus pour bientôt. 

Sur un plan technique, Kinect reproduit fidèlement vos mouvements, de manière plus ou moins rapide suivant les jeux (le casse brique reste un peu lent par exemple). Le ping pong et le bowling sont particulièrement plaisants car les effets (lifts, balles coupées) sont bien rendus. La danse aussi est réussie : pour la première fois dans un jeu, on reproduit les mouvements sans rien dans la main ce qui augmente considérablement l’immersion (même sur Lady Gaga!).

Autre détail très sympathique, pendant vos parties, les capteurs de Kinect prennent des photos. Ils enregistrent aussi des petits films. Ces photos et vidéos sont affichées à l’écran une fois la partie terminée et ils devraient être exploitables dans Facebook.

Pour naviguer dans les menus, le joueur utilise le pouvoir de la force simplement ses mains. Il suffit par exemple de laisser sa main droite deux ou trois secondes sur une option pour la valider. On peut aussi mettre sa main gauche hors cadre pour revenir en arrière ou balayer l’écran d’un revers de main pour valider ou faire défiler des options supplémentaires. N’hésitons pas à le dire, c’est très plaisant. Dans quelques mois, cette nouvelle manière de naviguer dans les menus sera complétée par la reconnaissance vocale. « Xbox lecture » vous permettra par exemple de lancer un CD. Etc… 

Dernier élément, le prix. Si vous comptez vous ruer dessus dès sa sortie le 10 novembre prochain, il vous faudra débourser 150 euros. C’est grosso modo autant que la concurrence, même si Microsoft aime bien rappeler que pour une expérience à deux joueurs, le Playstation Move de Sony revient à 10 euros de plus (ils sont mesquins quand même chez Microsoft). L’investissement vaut-il le coup ? Pas si on est un « gamer pur et dur ». Pour cette catégorie de joueurs, Microsoft promet bien quelques titres – dont notamment le grand retour de Steel Batalion - mais pas avant 2011.  

Si en revanche, vous recherchez quelque chose de convivial et que vous aimez rester à la pointe de la technologie, Kinect est fait pour vous.

A propos du blog

Chaque homme cache en lui un enfant qui veut jouer. (F. Nietzsche)

A propos de l’auteur

Derniers commentaires

Archives

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]