Résultats tagués Mini

Que faire des « likers », ces millions de fans qui plébiscitent telle ou telle marque sur leur page Facebook ? C’est la question qui agite les directeurs marketing. « Optimiser ces fans est difficile. Impossible de leur vendre directement des produits, alors en attendant mieux, on cherche surtout à les fidéliser », confie l’un d’entre eux. Et pour le faire, il n’y a rien de mieux … qu’un jeu vidéo social.

Ainsi, depuis le mois d’avril, les fans de Puma et d’Universal ont accès à Mamba Nation, un monde virtuel connecté à Facebook dans le quel les avatars peuvent « chater » gratuitement mais aussi effectuer des missions pour gagner en popularité. Le démarrage a l’air poussif : Mamba Nation revendique 192 000 inscrits alors que les marques qui servent de sponsors regroupent plusieurs millions de fans sur Facebook.

Mini France joue elle aussi la carte de l’interactivité. Le constructeur vient de lancer Mini Maps, un jeu vidéo de course automobile simple et très accessible. Sa particularité ? Il combine Facebook et les données satellite de Google Maps. Les joueurs peuvent donc s’affronter partout, sur les routes de campagne, comme sur les avenues les plus célèbres. Les MINIs utilisées dans le jeu sont personnalisables (couleur de carrosserie, teinte de toit, bandes capots, sticker de toit). Le jeu propose aussi 9 modèles originaux à débloquer. Histoire de frimer devant ses amis virtuels, tout en faisant de la publicité pour la marque.

C’est sympa. Mais le type de jeu utilisé par Mini France (jeu de course à plusieurs vu de dessus avec des commandes ultra simples) commence quand même à dater. Chez Antimatière, on y jouait il y a 20 ans sur Amiga !

Certes, c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures recettes. Mais quand même, Maurice Mini pousse un peu loin les bornes des limites…

mycity.jpg

Cities XL, c’est un peu la Rolls Royce des simulateurs de maire. Dans ce jeu, vous imaginez, construisez  et gérez votre propre ville. Devant votre écran, vous veillez à la fluidité du réseau routier, vous développez le tourisme,  vous recherchez le niveau d’imposition optimal pour les entreprises… Mais vous gérez aussi – et çà, c’est nouveau – la présence des marques dans votre ville.

En effet, Monte Cristo – le studio français à l’origine du jeu –  a passé des accords avec cinq marques : Bouygues construction, Ford, Kodak, Mini et Novotel. Celles-ci fournissent du contenu virtuel pour les joueurs (une concession automobile pour Ford, un hôtel pour Novotel…) Ce contenu peut ensuite être intégré – ou non – dans la ville par les joueurs. Pour ces derniers, c’est un plus en matière de réalisme : les marques choisies sont présentes "physiquement"  dans la rue grâce aux bâtiments et aux panneaux publicitaires. L’ajout des marques est également intéressant pour le joueur car il modifie – à la marge – les paramêtres du jeu : une concession Ford fait par exemple reculer légèrement le niveau de pollution, ce qui contribue au bien être des habitants.

Les marques, de leur côté, obtiennent un nouvel espace pour faire passer leurs messages. En effet, grâce à Internet, les joueurs peuvent visiter toutes les villes et pas seulement la leur. "Cities XL nous permet d’affirmer notre présence dans un monde virtuel et de défendre deux valeurs qui sont au coeur de notre stratégie de marque : le design et l’environnement", explique Eric Benavente, directeur marketing de Ford France.

 Au final, donc, tout le monde est gagnant. Y compris Monte Cristo, puisque le studio reçoit une somme d’argent (modeste me dit-on) de la part des marques, afin qu’elles soient intégrées au jeu. La prochaine étape ? Intégrer plus de marques, avoue Philippe Bianchi, chargé du business developpement de Monte Cristo. Le jeu étant sorti, ce sera sans doute plus facile de les convaincre de venir !

A propos du blog

Chaque homme cache en lui un enfant qui veut jouer. (F. Nietzsche)

A propos de l’auteur

Derniers commentaires

Archives

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]