Résultats tagués Nintendo

Dissipons d’abord quelques doutes : je ne suis pas contre la 3D. Au cinéma, j’apprécie le jaillissement qu’elle procure (j’avais d’ailleurs trouvé dommage qu’Avatar n’utilise pas plus cette technique). Et en jeu vidéo, l’effet de profondeur augmente l’immersion. Or c’est justement ce que recherchent les joueurs.

Mais en tant que consommateur, une seule 3D m’intéresse : celle sans lunettes et à prix raisonnable. Or pour l’heure, il faut bien le reconnaître, il n’y a pas grand chose à se mettre sous la dent dans cette catégorie. Les rares téléviseurs (ex : Sony ou Toshiba) qui utilisent la 3D sans lunettes et qui n’obligent pas les spectateurs à se positionner pile en face de l’écran ne sont pas encore arrivés sur le marché. Et il y a fort à parier qu’ils coûteront cher (au Japon, Toshiba commercialise par exemple un 20 pouces sans lunettes à 2900 dollars, selon le site internet Kotaku). 

 Dans ces conditions, la Nintendo 3DS – qui sort le 25 mars – devient un peu le Saint Graal. C’est le premier véritable appareil 3D sans lunettes bon marché. Il y a juste un petit problème : même sur un écran aussi petit, la 3D peut faire mal à la tête. En effet, il arrive souvent qu’en pleine partie, le joueur fasse bouger la console. C’est notamment le cas dans un jeu d’action comme Kid Icarus (pourtant l’un des jeux les plus alléchants de la 3DS).

Dans Kid Icarus, vous utilisez à la fois la gâchette gauche, le stick gauche, un bouton de tir et le stylet ! Dans ces conditions, stabiliser la console – qui pèse 226 grammes – en permanence relève de l’exploit. Régulièrement, donc, votre vision se trouble et il vous faut vous re-aligner avec l’écran. Une fois, deux fois … passe encore. Mais imaginez l’état de votre cerveau après quelques heures de jeu.    

Certes cela ne m’empêchera pas de me procurer la console. Encore une fois, c’est le seul vrai appareil à proposer de la 3D sans lunettes à un prix raisonnable. En plus, la 3Ds possède plein d’autres atouts (réalité augmentée, appareil photo 3D…). Et puis il y a des jeux plus calmes, comme Zelda, où la console bouge moins. Mais je pense quand même qu’au bout du compte, 2011 sera l’année du mal de tête.  

Les profits du Groupe Lego se portent bien. Merci qui ? Les collectionneurs de petites briques bien sûr, mais aussi les « gamers ». En effet, cela fait maintenant plusieurs années que le groupe Lego adapte avec succès des licences connues en jeux vidéo.

L’entreprise ne souhaite pas communiquer sur les recettes que cette activité génère. Mais le site VGChartz.com répertorie 42 jeux* estampillés Lego pour un total de 48 millions d’exemplaires vendus. Un jeu Lego s’écoule donc en moyenne à un peu plus d’1 million d’exemplaires. Et cela peut monter plus haut lorsque la licence exploitée est très connue. Exemple, Lego Star Wars : the complete saga, sorti en 2007, s’est vendu à 3,7 millions d’exemplaires sur Wii et quasiment autant sur Nintendo DS.

« Les jeux virtuels représentent désormais un supplément indispensable à notre palette de produits », explique un peu froidement Charlotte Simonsen, porte parole du Groupe. Ils ne pèsent pas forcément lourd en termes de profits pour le groupe, mais grâce à la sortie des jeux vidéo Star Wars, nous avons vendu beaucoup plus de boîtes Lego aux Etats-Unis, reconnait toutefois un responsable marketing de la marque interrogé par Antimatière.

(*)les 42 jeux correspondent à la somme des jeux sortis sur tous les supports. Selon cette méthodologie, un jeu sorti sur trois supports différents compte pour 3.

3DS_MGS3D_00ssHW_E3.png

On peut reprocher à Nintendo de vivre sur ses acquis en exploitant les mêmes licences depuis 20 ans. Mais c’est un peu réducteur. Régulièrement, Nintendo innove. Et sans la firme nippone, le marché du jeu ne serait pas le même. La preuve : après la Wii, première console de salon qui capte vos mouvements, voici donc venir la 3DS, première console portable capable de faire de la 3D sans lunettes.   

Invité par Nintendo, Antimatière a pu "tester" cette nouvelle console qui a pour mission de redonner du souffle à un marché saturé. Bon, parler de test est un peu exagéré : la console n’a pas encore de date de sortie officielle et il n’y a que quelques bouts de jeux jouables ou disponibles en démo. Mais ne tournons plus autour du pot : la 3DS annonce bel et bien une révolution !

Jouer en 3D ou simplement regarder des cinématiques en relief sur petit écran est un vrai régal. La profondeur de champ est tout à fait respectable, les personnages sont fins et les couleurs très agréables. Cerise sur le gâteau, l’activation de la 3D – grâce à une petite molette sur le coté de l’écran – ne fait pas mal à la tête (j’ai pourtant dû l’activer et la désactiver une bonne cinquantaine de fois pendant le test, juste pour voir la différence).

La démo de Metal Gear (non jouable) est sans conteste celle qui a le plus impressionné les journalistes présents. En 3D, la vue la première personne est un vrai régal, surtout quand Snake rampe dans la jungle en évitant reptiles divers et variés. Mario Kart en relief s’annonce très fun lui aussi. Bref, c’est du lourd. Selon Nintendo, la 3DS serait un peu plus puissante que la PS2 de Sony ! On se dit qu’elle a bien un défaut cette petite console. Mais pour l’instant j’avoue, on ne trouve pas !

Dr Kawashima 2.jpg

Relayer une info sur le piratage des jeux Nintendo DS, c’est bien. Encore faut-il relayer la bonne info. Depuis 24h, beaucoup de blogs font l’écho d’un papier du journal japonais The Asahi Shimbun. Sur Gameblog, par exemple, on peut lire : "selon Nintendo, pas moins de 50% des softs sur cette console portable seraient piratés sur notre vieux continent vulcanisé". Sur Jeuxvidéo.com, on peut également lire : "Nintendo estime ainsi que les jeux DS ont été piratés près de 238 millions de fois à travers le Monde et que ses pertes se comptent en trillions de yens" (mais au fait, c’est quoi un trillion de yen ?)

Le papier du Shimbun, pourtant, ne dit pas tout à fait ça. Dans ce papier donc, il est dit que les ventes de jeux Nintendo DS en Europe ont baissé de 45% entre avril-décembre 2008 et avril-décembre 2009. Nintendo ajoute qu’une bonne part de cette dégringolade s’explique par le piratage au moyen de cartouches (un peu comme la R4). Au passage, Nintendo oublie de mentionner que la période 2008-2009 était le pire moment de la crise économique et que paradoxalement, le yen était fort. Ces deux raisons ont aussi plombé les ventes. Mais passons : Nintendo a tout de même des raisons de s’inquiéter.

L’éditeur/constructeur a mené une étude ponctuelle en juin 2009 sur 10 sites de téléchargements illégaux de jeux pour constater que … 238 millions de jeux ont été  piratés, ce qui représente un manque à gagner de 1 trillion de yen. Soit 10,7 milliards de dollars de recettes perdues … en un mois si on suit logiquement l’article ! Petit rappel : le chiffre d’affaire de Nintendo était de 15,8 milliards de dollars en 2008. Nintendo aurait donc perdu l’équivalent de 2/3 de son chiffre d’affaires annuel en un mois !!!! Dès lors, on peut imaginer deux hypothèses :

1) Les chiffres avancés sont faux (le Shimbun peut, par exemple, avoir fait une erreur de virgule). Après tout, les 20 premiers titres sur consoles (essentiellement des produits Nintendo) totalisent 457 millions d’unités vendues depuis leur mise sur le marché. Du coup, 238 millions de jeux piratés en un mois, ça parait suspect.

2) Soit effectivement, les chiffres sont bons. Mais ils concernent alors forcément les pays émergents dans lesquels s’est mis en place un marché parallèle où les consommateurs ne sont pas solvables (par rapport à ceux des pays industrialisés) et où le prix des jeux est relativement faible. Dans ce cas, dire que Nintendo perd potentiellement 10 milliards de dollars sur ce marché (qui n’en est pas un pour lui) est idiot !

PS : merci à Nicolas Amestoy, de Scholè Marketing, pour ses précieux chiffres !

Quelle 3D pour Nintendo ?

Finalement, Nintendo a peut-être trouvé le moyen de lutter contre l’essoufflement des ventes de ses consoles. La firme japonaise vient d’annoncer le lancement d’ici à mars 2011 d’une nouvelle console (la 3DS) avec images en trois dimensions, ne nécessitant pas le recours à des lunettes spéciales ! A l’heure actuelle, tout le monde se demande : est-ce trop beau pour être vrai ? A quoi cette 3D sans lunettes va-t-elle ressembler ? Quelques vidéos sur le net permettent de se faire une idée. Il s’agit sans doute plus "d’effet relief" que de véritable 3D stéréoscopique, technologie encore trop coûteuse et très protégée au niveau des brevets. Mais il y a quand même de quoi rendre les jeux très intéressants. 

A propos du blog

Chaque homme cache en lui un enfant qui veut jouer. (F. Nietzsche)

A propos de l’auteur

Derniers commentaires

Archives

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]