Résultats tagués Ubisoft

 

Tous les jeux vidéo ne se déroulent pas dans l’espace ou en territoire orc. Certains se déroulent en France, dans des lieux très connus du grand public. 

Bon c’est vrai, ces jeux là sont plutôt rares. Néanmoins, ces dernières années, nous avons pu (avec plus ou moins de bonheur) escalader la Tour Eiffel, fouler les plages du débarquement, déambuler dans le musée du Louvre. Cependant, en matière de patrimoine français, c’est Ubisoft qui est allé le plus loin.

Pour son jeu Assassin’s Creed Brotherhood, l’éditeur français a carrément recréé le Mont Saint Michel en trois dimensions ! Les développeurs ont utilisé des centaines de clichés de références, des livres d’art, d’architecture, et d’histoire afin d’être sûr de pouvoir proposer un lieu réaliste sur le plan historique (quelques adapations ont tout de même été nécessaires).

Ce chantier virtuel a duré trois mois (le vrai, lui a duré environ 300 ans). Le résultat est bluffant. Bien sûr, les joueurs n’ont pas le temps de faire du tourisme sur le Mont Saint Michel virtuel. Celui-ci sert de théâtre à des affrontements multijoueurs. Cependant, l’architecture du lieu apporte un cachet et une originalité indéniables. Et donc, un plaisir de jeu supplémentaire. 

Ubisoft n’en est pas a son coup d’essai. En 2008, l’éditeur nous avait concocté une mission d’infiltration sur le Pic du Midi dans son jeu Rainbow Six Vegas 2 ! A l’époque, la démarche semblait moins assumée : il s’agissait, si je me souviens bien, d’assaillir le Pic des Pyrénées. Mais là encore, la topographie exceptionnelle et réaliste des lieux donnait d’excellentes sensations aux joueurs (voir vidéo). Chez Antimatière, on en redemande.

 

Le marché des jeux sociaux sur Internet ne représente encore qu’un milliard de dollars aux Etats-Unis – et beaucoup moins en France – mais il attire déjà de gros poissons. Preuve, Google est intéressé.

 En quelques mois, le géant américain s’est offert Slide, un créateur d’applications sur Facebook et Jambool, un développeur de système demonnaie en ligne. Il aurait aussi investi 100 millions de dollar dans l’éditeur de jeux Zynga. Désormais, tout le monde attend le lancement de son réseau social maison, « Google Me », qui viendrait concurrencer Facebook.

 Pour certains spécialistes, ce projet pourrait voir le jour avant la fin de l’année. Il faut dire que pour Google, les « jeux sociaux » ont un triple avantage. Tout d’abord, ils génèrent des recettes publicitaires et des recettes liées à la vente de biens virtuels. Une manne en pleine explosion à voir le chiffre d’affaires de Zynga. En investissant dans les jeux sociaux, Google pourrait également asseoir son statut de porte d’entrée incontournable du Web. Un statut qui semble s’effriter : selon l’institut d’études comScore, la part de marché de Google aux Etats-Unis a baissé ces derniers mois. Elle dépasserait à peine 60% !

Google n’est pas la seule entreprise à vouloir profiter du filon. Les éditeurs de jeux vidéo, eux aussi, investissent le marché. Ubisoft a lancé il y a quelques mois ses propres jeux sur Facebook. De son côté, Electronic Arts, a racheté Playfish – éditeur de jeux sur Internet – en 2009, pour un montant de 275 millions de dollars.

 Plus inattendu, les chaînes de télé – à l’instar de TF1 – espèrent elles aussi toucher leur part du gâteau. Après avoir lancé Bola Football, en partenariat avec l’éditeur Playdom, TF1 s’apprête à développer une version « social gaming » de son émission vedette, Secret story. D’autres projets devraient suivre, tous basés sur des émissions phares de la chaîne.

 Crédit photo : Stéphan

Le coup du lapin de Renault

Réactions positives à 150% pour les pubs Lapins Crétins choisies par Publicis pour le lancement du Scénic 3. Le buzz a été incroyable et les personnages déjantés d’Ubisoft font carton plein auprès des cibles de la campagne : les pères de famille et les ados. Un temps devancé par le Citröen C3 Picasso, le scénic est redevenu leader sur le marché français et européen des monospaces compacts !

Les lapins n’en sont pas à leur coup d’essai. Ils ont déjà "travaillé" pour Uhu, Mac Do. Et ce n’est qu’un début. Tout le monde les veut, confirme un observateur anonyme au micro d’Antimatière. L’engouement des marques et des agences de pub est légitime : les lapins sont de loin les personnages de jeu vidéo les plus populaires.   

Ubisoft fait son cinéma

AClineage.jpg

Dans les jeux vidéo, la concurrence est rude. Alors tous les moyens sont bons pour rendre les joueurs plus fidèles, plus accrocs… Ubisoft, par exemple, s’apprête à diffuser sur Internet des court-métrages complémentaires de ses jeux quelques semaines avant leur sortie. "Le but de ces films est d’accroître la sensation d’immersion des joueurs,” avoue Yves Guillemot, le Président Directeur Général d’Ubisoft. 

Anti-matière a ainsi assisté en début de semaine à la diffusion privée de la première partie d’Assassin’s Creed: Lineage, un court métrage d’une douzaine de minutes qui plonge le spectateur dans le monde d’Assassin’s Creed II, dont la sortie – très attendue – est prévue le 17 novembre. Ce court métrage sera diffusé le 27 octobre 2009 sur YouTube. Mais il en existe deux autres. Les trois courts-métrages seront d’ailleurs diffusés en exclusivité et en intégralité le 12 novembre 2009 sur la chaîne NRJ12.

Le budget de ces films n’a pas été révélé. Mais visiblement, Ubisoft s’est donné les moyens de ses ambitions. Les trois court-métrages ont été réalisés par le studio Hybride Technologies (propriété d’Ubisoft depuis juillet 2008), qui est à l’origine des effets spéciaux des films 300 et Sin City. Assassin’s Creed: Lineage est donc un mélange – plutôt réussi, même si l’acteur principal manque de charisme – d’images réelles et de synthèse. Comme on le disait plus haut, les autres titres phares d’Ubisoft – comme Farcry 3 par exemple – auront eux aussi droit à leur film promotionnel en 2010. 

La fin des consoles de jeu ?

Voilà une idée qui risque bien de révolutionner le monde des jeux vidéo, dominé par l’affrontement des trois fabricants de consoles Sony, Microsoft et Nintendo.  

La société californienne OnLive s’apprête à lancer dans le courant de l’année un service permettant de choisir son jeu vidéo sur internet et d’y jouer sur un écran de télévision sans être contraint d’acheter une console ou un logiciel onéreux. La nouveauté ? Grâce à des applications tournant sur des serveurs, le rendu des jeux est délivré via Internet sur votre PC, qui n’a donc plus besoin de faire les calculs. En d’autres termes, on peut jouer sans problème à Farcry sur un Netbook !

Les plus grands fabricants de jeux vidéo Ubisoft, Atari, Warner Brothers, et Electronic Arts auraient déjà accepté de distribuer leurs prochains titres sur OnLive. Difficile cependant de savoir à quel point ce système – développé en secret depuis 7 ans – est performant : y aura-t-il des files d’attentes pour certaines parties ? Le délai de réponse des jeux sera-t-il à la hauteur ? Combien OnLive coûtera-t-il aux joueurs ?

Ces derniers veulent savoir ! Les fabricants de consoles aussi, veulent plus d’informations : leur avenir est peut-être en jeu ! 

A propos du blog

Chaque homme cache en lui un enfant qui veut jouer. (F. Nietzsche)

A propos de l’auteur

Derniers commentaires

Archives

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]